Articles récents
Pourquoi anticiper l’évolution de son système d'information ? - Axeas Conseil
16783
post-template-default,single,single-post,postid-16783,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

Pourquoi anticiper l’évolution de son système d’information ?

01 Fév Pourquoi anticiper l’évolution de son système d’information ?

Neuf entreprises sur dix subissent les conséquences d’une croissance non anticipée
15/03/2016 :: Une étude récente révèle que les entreprises ne sont pas préparées à un pic éventuel de croissance. Si 40 % des entreprises françaises ont développé leur activité en 2015, seules 10 % d’entre elles l’avaient réellement anticipé.

En 2015, neuf entreprises sur dix (89 %) à travers le monde ont vu leur activité confrontée aux réels dangers d’une croissance qu’elles n’avaient pas anticipée pendant un pic d’activité. Une nouvelle étude internationale commanditée par Epicor Software Corporation met en évidence les écueils potentiels d’une croissance non planifiée. Mandaté par le fournisseur de solutions logicielles pour les entreprises, le cabinet Morar Consulting a interrogé plus de 1 800 chefs d’entreprise dans 12 pays pour les besoins de l’étude (1824 chefs d’entreprise d’entreprise, directeurs financiers, responsables des opérations et des systèmes d’information dans des entreprises de plus de 100 salariés des secteurs de la fabrication, de la distribution et des services, ainsi que dans des entreprises de toutes tailles dans le secteur du commerce de détail en Allemagne, en Australie, au Canada, en Chine, aux États-Unis d’Amérique, en France, à Hong Kong, en Inde, au Mexique, au Royaume-Uni, à Singapour et en Suède).

Si les chefs d’entreprise français interrogés déclarent à 40 % que leur activité s’est développée en 2015 et à près de 45 % qu’ils prévoient une croissance en 2016, ils sont seulement 10 % à avoir totalement anticipé leur croissance en 2015.

Reconnaissant craindre souvent les conséquences de la croissance, les chefs d’entreprise français évoquent ses effets négatifs lorsqu’elle n’a pas été planifiée de façon efficace. Un sur quatre (40 %) se déclare inquiet qu’elle se traduise par une trop forte pression sur les opérations, entraînant une baisse de la qualité et de la satisfaction client. Un nombre non négligeable d’entreprises (30 %) s’inquiètent également de l’incapacité éventuelle de leur système d’information à gérer un modèle opérationnel plus étendu et plus complexe. Enfin, la plus grande inquiétude des dirigeants d’entreprise réside dans un relâchement du lien avec la clientèle qui pourrait résulter de la croissance.

La croissance suscite également un certain nombre d’inquiétudes relatives à la disponibilité des ressources nécessaires pour accompagner le développement des activités de l’entreprise. Les chefs d’entreprise français sont presque 40 % à s’inquiéter de devoir prendre en charge des projets importants ou complexes alors que leur entreprise ne dispose pas de l’expertise et de la technologie nécessaires pour les mener à bien efficacement, au risque d’entacher la réputation de leur marque. Ils se déclarent également inquiets que la croissance de l’activité fasse augmenter les charges de travail et que le niveau de pression devienne trop important pour le personnel, entraînant la démission de collaborateurs essentiels (34 %). Plus d’un dirigeant d’entreprise français sur trois (36%) se déclare inquiet de ne pas être personnellement prêt à affronter les défis inhérents à la direction d’une entreprise qui s’étend et se diversifie.

À l’échelle mondiale, les entreprises de taille moyenne et intermédiaire (employant 100 à 999 salariés) sont plus susceptibles d’être confrontées à une croissance non planifiée (37 %) que les entreprises de plus de 1 000 salariés (29 %). Près des trois quarts des entreprises reconnaissent s’inquiéter au moins un peu des défis et pièges inhérents à une croissance non anticipée. La croissance est plus volontiers qualifiée de pénible par les entreprises moyennes de moins de 250 salariés (une sur dix) car elles opèrent la difficile transition du statut de petite à celui de moyenne entreprise.

Au regard de ces résultats, rien d’étonnant à ce que les chefs d’entreprise français jugent la croissance difficile et gratifiante à la fois. Ils doivent clairement s’y préparer plus efficacement. De fait, ils sont 20 % à reconnaître qu’elle les a déstabilisés en 2015.

66 % des entreprises françaises considèrent comme essentiel de disposer d’une infrastructure informatique efficace et intégrée pour accompagner le développement de l’activité et mieux se préparer à ses défis.

« Alors que la croissance va concerner la majorité des entreprises en 2016, de grandes inquiétudes se font clairement sentir quant à leur capacité à y faire face« , déclare Malcolm Fox, vice-président chargé du marketing produit chez Epicor. « Ces inquiétudes sont loin d’être infondées car, comme le montre notre étude, même lorsqu’elles planifient leur croissance, les entreprises sont surprises lorsqu’elle se produit et cela se traduit par une pression non anticipée sur l’organisation. Le moment idéal pour se préparer aux pics de croissance se situant bien en amont, il est essentiel de disposer d’une infrastructure d’information permettant de faire face à la croissance et de l’accompagner« .

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.